vendredi 13 mars 2009

Tibet: faudra pas compter sur Paris

"La France n'est pas favorable à l'indépendance du Tibet, a affirmé vendredi le ministère français des Affaires étrangères après un appel du premier ministre chinois, Wen Jiabao, à une clarification de la position française sur cette question". "Notre position absolument inchangée est celle du soutien à l'intégrité territoriale de la Chine et du refus des perspectives sécessionnistes ou de soutien à l'indépendance du Tibet", dixit le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères à Paris (La Presse).

Le porte-parole a toutefois lancé un os à ronger aux Tibétains: "nous sommes attentifs à ce qu'il puisse y avoir une liberté religieuse et de pratique culturelle des Tibétains". À défaut de liberté, laissez-les donc manger de la culture, Monsieur Wen.

Toujours dans le domaine du droit des peuples à l'autodétermination, une déclaration récente du Président de la République Française: "La réconciliation interpalestinienne est l'une des clés de la paix, une des conditions de la création d'un Etat palestinien" (NouvelObs.com)

* * *

Ça n'a rien à voir (mais bon, c'est un blog, alors on parle, on jase de tout et de rien, on passe du coq à l'âne...) devinez quel pays a accueilli la première usine Airbus hors Europe? "Airbus évalue les besoins de [devinette!] pour les 20 prochaines années à 2.800 appareils -passagers et transport- représentant environ 329 milliards de dollars".

Ça fera les pieds à monsieur Dalai: il n'avait qu'à voyager avec Air France plutôt que filer son fric à la concurrence!

2 commentaires:

Marie-Thérèse a dit…

Bonjour,

Continuons à parler du Tibet afin qu'il ne tombe pas dans l'oubli... ou l'indifférence
Ensemble SAUVONS LE TIBET
Bien cordialement

Albatros a dit…

Je ne suis pas très optimiste sur l'avenir du Tibet.

Il ne bénéficie d'aucun appui diplomatique sérieux, n'a pas de strapotin à l'ONU, n'intéresse pas le CDH, n'enflamme pas vraiment les passions populaires, et a le tort d'avoir été annexé par une puissance qu'il est imprudent de contrarier.

Nous ne pourrons pas sauver le Tibet, mais au moins nous pourrons faire en sorte qu'il ne soit pas totalement oublié.

Salutations.